L’ETERNEL ET LE PROVISOIRE

Bien sûr, je rêve de la rencontrer,

  de l’emmener chez moi,

  de la conduire à ma chambre,

     de la déshabiller,

de lui embrasser les lèvres et le corps,

   de l’embraser, de m’embraser,

     d’être sur le pont

  le capitaine de nos désirs

   et de l’amour qui naît

   et qui sent l’éternel

Advertisements

A propos leuwers

poète, créateur des "livres pauvres"
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s