TERRE CHAUDE

Je survole la terre d’Espagne

et c’est comme si je m’allongeais

auprès des belles en leur duvet feuillu

et j’aime cette terre toute chaude

et le soleil qui déshabille le ciel

et les jambes sveltes et cuivrées

  de celles qui au souvenir

      mêlent l’avenir

Advertisements

A propos leuwers

poète, créateur des "livres pauvres"
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s